UN JOUR SANS FIN

Résumé

Phil Connors, présentateur météo grincheux et arrogant, doit tourner un reportage sur Ia fête traditionnelle de la petite ville de Punxsutawney célébrant le réveil printanier de la marmotte. II est d'humeur exécrable et compte bien repartir Ie soir même. Mais lorsqu'il se réveille le lendemain, il découvre avec stupeur que la date n'a pas changé et qu'il est condamné à revivre un par un les événements de la veille. Les jours passent, tous des 2 février. Connors se voit dès lors obligé de faire face à la répétition infinie du Jour de la marmotte.

Point d'intérêt

UN RECIT ELLIPTIQUE

Le récit d'Un jour sans fin repose sur la répétition d'un seul jour dans lequel prend place une année entière de la vie de Phil. Le film suppose donc une durée du récit (1h43) qui ne correspond pas à la durée supposée de l'histoire (une année) ; il joue avec cette durée en procédant par ellipses : moments de l'histoire non montrés dans le récit. Tous les films reposent sur des ellipses qui permettent de passer rapidement d'une scène à une autre. L'originalité d'Un jour sans fin réside dans l'emploi systématique de cette figure dans un but comique.

Technique

LE MONTAGE

Le montage commence par le visionnage des différentes prises d'un même plan et par !e choix de celle considérée comme la meilleure. Les prises retenues sont collées suivant l'ordre défini par le découpage technique dans un premier montage appelé bout-à-bout, à partir duquel le réalisateur et le monteur peuvent apporter des changements et donner ainsi au film son style définitif.

Les modifications portent sur la durée des plans, leur déplacement, leur remplacement ou leur suppression. Puis le monteur choisit les coupes, c'est-à-dire l'enchaînement d'un plan à un autre : la coupe est dite franche quand le changement se fait sans transition, ou en fondu quand on passe progressivement d'une image à l'autre.

Si la construction très précise d' Un jour sans fin était prévue dès le stade du découpage, le rythme du film témoigne d'un beau travail de montage. Le montage accéléré, par exemple, désigne une succession de plan très brefs : pourriez-vous en trouver deux exemples dans le film ?

  • Etats-Unis - 1993 1h43

  • Titre original : Groundhog day
  • Réalisation : Harold Ramis
  • Scénario : Danny Rubin, Harold Ramis
  • Images : John Bailey
  • Interprètes : Bill Murray (Phil Connors}, Andie Mac Dowell, (Rita Han-son), Chris Elliot (Larry), Stephen Tobolowsky (Ned Ryerson}
pied de page